La sous-traitance est une réalité omniprésente dans nos secteurs qui menace nos conditions de travail.

 

La sous-traitance est souvent pour l’employeur une solution temporaire et de court terme afin d’économiser sur plusieurs aspects financiers tels les avantages sociaux et régimes de retraite. Mais au niveau de l’efficacité et de l’engagement, cela représente souvent une alternative peu payante.

 

La  réalité du travailleur à contrat est le sentiment d’appartenance inexistant; l’insatisfaction salariale, la frustration due à l’inégalité de ses avantages en comparaison aux employés permanents syndiqués, un ratio considérable de son salaire remis à son agence, un régime de retraite géré sous sa responsabilité et aucune stabilité de son lieu de travail, de son quart de travail ou de son environnement de travail.

 

 

 

L’ancienneté, la conciliation travail-famille et les protections de santé et sécurité ne sont malheureusement pas des items prioritaires pour les agences de sous-traitance. Les employés retenus en tant que sous-traitants sont surnommés “main d’oeuvre jetable”. Il est impératif pour le maintien de nos emplois permanents de lutter contre la sous-traitance en dirigeant ces travailleurs vers une accréditation syndicale.

 

Certains employeurs du secteur fédéral ont trouvé une brèche du système législatif en contournant de façon immorale et draconienne les contrats de travail de milliers d’employés en soumettant leurs compagnies et services en soumission. (Roulement de contrat / Contract flipping).

 

Une fois le processus de soumission terminé, le nouvel acquéreur n’est pas dans l’obligation de respecter les conventions collectives ce qui mène à la diminution des salaires et avantages de façon drastique. Cette pratique est inhumaine, inacceptable et se doit d’être revue et corrigée au niveau législatif fédéral.